Les impuretés liées aux produits antimousses, aux cations métalliques divalents et à l’EDTA (acide éthylènediaminetétraacétique) proviennent souvent du procédé de fabrication et de formulation des produits biologiques. Bureau Veritas a développé plusieurs méthodes de contrôle de la qualité en cours de fabrication et d’analyse de libération des produits finaux ou en vrac. Nous possédons une expertise dans la validation de méthodes analytiques impliquant de nombreuses matrices complexes associées au développement de produits biopharmaceutiques, y compris les milieux de culture, l’huile minérale et le Tween 80.

Les impuretés associées au procédé peuvent s’introduire dans le produit final par :

  • les impuretés trouvées dans les réactifs de procédé ou les excipients de formulation ;
  • l’élimination incomplète des composants intermédiaires du procédé (p. ex. catalyseurs au palladium) ;
  • les produits de décomposition chimique des ingrédients (p. ex., peroxydes).

Outre les propriétés toxicologiques potentielles, les produits biologiques présentent le risque supplémentaire que des espèces indésirables modifient la structure et les propriétés physico-chimiques de l’IPA (p. ex. agrégation). Bien qu’il y ait de nombreuses raisons de dépister les impuretés dans les produits pharmaceutiques, l’immunogénicité est une préoccupation majeure pour les produits thérapeutiques biologiques.

Bureau Veritas possède l’expérience dans l’évaluation des contaminants, notamment :

  • Antimousse - comprend les composés et les émulsions utilisés comme IPA, excipients et auxiliaires de procédé dans les applications pharmaceutiques. Ils nécessitent une suppression de la mousse, comme la fermentation, la macération, la percolation et le mélange. Bureau Veritas a développé des méthodes efficaces pour analyser et quantifier les composés antimousses résiduels dans la fabrication et la formulation des produits pharmaceutiques.
  • EDTA - un agent chélatant commun utilisé dans l’industrie de biotransformation pour l’élimination des ions métalliques divalents. Les méthodes analytiques de Bureau Veritas utilisent la HPLC pour quantifier l’EDTA sur une large gamme de concentrations (de faibles ng/ml à élevées μg/ml) dans les produits intermédiaires et finaux.
  • Phtalates - comprend les plastifiants et les solvants utilisés dans certains produits de soins personnels et de consommation, les contenants ou emballages en plastique et comme excipients pour les capsules et les enrobages à libération prolongée dans les produits pharmaceutiques. Cette catégorie de produits chimiques est reconnue comme ayant des effets toxiques possibles sur la santé humaine et l’environnement, car elle perturbe le système endocrinien. Ainsi, l’EPA, Santé Canada et l’Union européenne ont identifié les phtalates comme des produits chimiques qui doivent être réglementés. Bureau Veritas a établi des méthodes d’analyse et de mesure des phtalates présents ou relargués dans divers matériaux.
  • Silicone - se trouve dans les agents antimoussants qui sont utilisés dans la fermentation et dans les seringues siliconées. Comme la silice inorganique est le minéral le plus abondant dans la croûte terrestre, la mesure des traces de silicone est extrêmement compliquée. La détection sélective de la silicone dans les matériaux qui sont en contact avec un substrat de silice tel que le verre est encore plus complexe. Bureau Veritas a développé des procédures précises, sélectives et sensibles pour quantifier les niveaux de silicone dans les seringues préremplies, les milieux de culture cellulaire et les produits ou intermédiaires en vrac.
  • Impuretés de métaux traces - nous offrons une analyse sensible des métaux lourds et autres métaux traces dans les produits pharmaceutiques de divers types allant des protéines et des composés cytotoxiques aux peptides et oligomères. L’analyse des métaux établie par Bureau Veritas répond aux exigences des chapitres généraux USP sur les impuretés élémentaires.